Social

lettre aux gilets Jaunes

Chers(es) gilets jaunes,

Vous avez renoué avec les traditions de luttes qui, du Moyen-Age à nos jours, ont marqué l’histoire de ce pays. Des jacqueries , révoltes paysannes ; la grande Révolution de 1789 qui remplaça la monarchie absolue par la 1ere République en imposant l’Assemblée Constituante a établi la Déclaration des Droits de l’Homme ainsi que l’égalité des citoyens devant la loi ; l’insurrection républicaine de 1848 qui chassa le roi Louis-Philippe, puis l’insurrection ouvrière du 23 juin 1848, la Commune de Paris qui débuta le 18 mars 1871 ; le Front populaire de 1936 ; mai 1968 ; novembre-décembre 1995 ... et bien d’autres dates de l’histoire de la classe ouvrière dans ce pays.

Peu importe le prix du gas-oil, les seules vraies questions sont : l’augmentation générale des salaires, l’augmentation des minima sociaux de 50 %, le droit à l’éducation pour tous, le retour de la sécurité sociale sur les bases définies par le Conseil National de la Résistance en 1945, le droit à la dignité de nos anciens dans les EHPAD, et la récupération des 240 milliards € d’évasion fiscale.

Tout reste possible, mais il nous faut demander la dissolution de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Les gilets jaunes , pour ceux et celles qui ne veulent pas être récupérés politiquement , mettent à l’honneur messieurs Wauquier et Dupont-Aignan ainsi que madame Le Pen car les jaunes étaient ceux qui allaient travailler lorsque leurs collègues étaient en grève, ou même les travailleurs que le patronat allait embaucher dans les pays limitrophes. De ce fait, je ne vous demande pas d’endosser le gilet rouge couleur du sang des ouvriers , ni même le gilet noir couleur de la colère de ceux-ci. Pourquoi ne pas se considérer comme des citoyens comme l’ont fait les sans-culottes en 1789.

Commentaires

Référencer un site gratuitement dépannage serrurier paris