Social

Compte-rendu d’une réunion à l’Agence régionale de santé du Collectif Handicap avec Madame Veyret, Directrice de la politique régionale de l’offre.

Suite à une demande de rendez-vous à l’Agence régionale de santé de la part d’un collectif handicap représenté par Fabienne Jouvet, et sans réponse de l’ARS, le collectif s’est présenté à l’ARS le mercredi 10 octobre 2018, en exigeant d’être reçu par un responsable.

Après des réponses négatives, le collectif a finalement été reçu par Madame Veyret , Directrice de la politique régionale de l’offre. Celle-ci a écouté les revendications exprimées par Fabienne Jouvet : la détresse des patients dans les EHPAD qui meurent suite à des maltraitances, la colère contre les actionnaires des EHPAD qui ne s’intéressent qu’au profit, les interventions minutées des personnels pour la toilette , les repas. L’aide matérielle et humaine pour les handicapés est en diminution : par exemple, une handicapée habitant dans un appartement au 5eme étage sans ascenseur ne peut pas sortir de chez elle. Pour une handicapée, aller au cinéma coûte cher : le transport, c’est 6€ de déplacement, ses revenus étant inférieurs au seuil de pauvreté. Avec ces maigres revenus , il faut assurer les soins, le loyer, la nourriture…C’est de la survie. Dans les EHPAD, le dîner est à 17h30, le coucher à 19h et pas d’aide jusqu’au lendemain matin.
Madame Veyret : la réponse est adaptée aux situations. Nous sommes en liaison avec l’Éducation Nationale, l’AGEPHIP…
Un membre du collectif : à l’éducation nationale, que fait l’ARS pour les handicapés ?(accompagnement dans la dignité).
Madame Veyret :Nous avons une convention avec l’Education Nationale favorisant l’insertion des enfants handicapés. L’ARS finance les CESAD : éducation psychomotricienne, ergothérapeutes, psychologues, intervention à domicile, à l’école. Par exemple, mise en place de CESAD spécialisé pour enfants autistes en Corrèze, avec de très bons résultats : il s’agit d’enfants en polyhandicap. L’ARS finance le PCPE, Pôle de Compétence de Prestations Externalisées : présence de professionnels, libéraux. Il y a le projet régional de santé.
Fabienne Jouvet : en EHPAD, les patients ont 2 ans et 5 mois de survie en moyenne, à cause de l’isolement, les chutes, l’incontinence …
Madame Veyret : Nous avons une formation régionale pour les chirurgiens-dentistes. Pour la qualité de vie au travail, 180 EHPAD (sur 900) sont accompagnés : l’accompagnement financier est de 80 000€.L’ARS envoie dans les EHPAD des infirmières de nuit (difficultés de santé, chutes, arythmie) afin d’éviter l’envoi aux urgences, et l’hospitalisation inutile. Il y a un comité de suivi : les personnels de nuit sont professionnalisés, un pôle ressource de proximité : ce sont les EHPAD qui travaillent bien.Par exemple, Villa Pia pratique l’action à domicile : plusieurs services travaillent ensemble :hospitalisation à domicile, portage des repas.
Fabienne Jouvet : Il y a un manque de moyens.
Un membre du collectif : les EHPAD souffrent d’un manque de moyens humains et il y a de la maltraitance ainsi que des souffrances (moins de 3 minutes pour une toilette). Les emplois, ce sont des temps plein ou des mi-temps ?
Madame Veyret : Nous organisons l’inspection des structures : l’accompagnement, l’organisation des équipes, la responsabilité citoyenne.
Un membre du collectif : L’ARS devrait imposer un certain nombre de soignants dans les EHPAD.
Madame Veyret : Il faut une organisation des plannings. C’est un problème de management. L’enveloppe budgétaire est fermée.
Un membre du collectif : 400 millions d’euros débloqués sur un budget de plusieurs milliards €, c’est une goutte d’eau.
Madame Veyret : On peut améliorer les choses.Par exemple, des personnes sont hospitalisées en psychiatrie inadéquatement.
Fabienne Jouvet : Il y a un manque éclatant de moyens et la maltraitance est répréhensible.
Madame Veyret : Des réclamations , des plaintes sont reçues. S’il y a maltraitance, on ne la laisse pas perdurer.
Fabienne Jouvet : Les soignants dans le collectif lancent l’alerte, à cause du manque de personnel.
Un membre du collectif : ma mère de 95 ans en EHPAD sera lavée à 11h . On lui a fait une prise de sang à l’heure du repas : c’est de la maltraitance.
Madame Veyret :Votre collectif est intéressant : il faut nous communiquer des faits. Nous sommes pour la co-construction avec les EHPAD. Le taux d’absentéisme se réduit. Il y a une amélioration dans l’accès aux soins somatiques.
Un membre du collectif : Comment vivre avec une pension d’invalidité de 730 € par mois ?
Madame Veyret : Il y a les emplois accompagnés, c’est nouveau.
Un membre du collectif : Un agent en EHPAD fait 17 toilettes par jour : le burn out n’est pas loin. Il faut plus de personnel. Quel est le montant du reste à charge pour les patients ? Certains sont obligés de vendre leur maison ou leur appartement.
Fabienne Jouvet : L’argent de l’Etat va aux établissements privés qui font du profit sur le dos des patients.Les bénéfices , au lieu d’être réinvestis , sont donnés aux actionnaires.
Rendez-vous est pris avec le Directeur du service Autonomie.

Commentaires

Référencer un site gratuitement dépannage serrurier paris