Santé

Les conditions de travail en milieu gériatrique

Les conditions de travail en milieu gériatrique sont de plus en plus inhumaines vis à vis des soignants. Aujourd’hui nous ne pouvons que constater la maltraitance des personnes âgées : toilettes en 10 minutes et parfois moins. Il est souvent pratiqué le VMC ( visage-main -cul), il y a un manque total de communication avec ces personnes qui sont pourtant si fragiles. Les équipes de personnel soignant étant de plus en plus réduites et comme il nous faut aller de plus en plus vite, nous n’avons plus le temps d’être attentif. Les cadres ne veulent pas le voir, car formatés sur l’autel du rendement et "ou" du profit. Ces conditions de travail sont les mêmes dans le public que dans le privé.

Le management est basé sur la culpabilité. D’ailleurs les suicides de soignants sont de plus en plus nombreux. Il y a une omerta sur cette maltraitance institutionnelle. Cela arrange pas mal de monde. Jusqu’où irons nous et jusqu’où iront ils ? Peut être qu’à un moment il faudra dire stop, car eux ne s’arrêteront pas là et le profit ne sera jamais assez conséquent. Nos aînés méritent beaucoup mieux, ce sont nos parents, grand-parents et bientôt ce sera notre tour car nous sommes aussi de futurs personnes âgées.

En ce qui me concerne, dans ma structure gériatrique, nous avons un aide soignant pour 17 résidents. Le matin ,cela représente 17 toilettes, il faut aussi faire les lits, les petits déjeuners,faire manger ceux qui ne sont plus en capacité de le faire. Ce sont pour la plupart des personnes démentes aussi , pendant que nous servons les petits déjeuners, certaines tombent, se tapent dessus, se souillent, etc... Il y a très souvent une aide-soignante hospitalière pour la structure ( 65 résidents) et de même une infirmière pour l’identique structure. Que pouvons nous faire lorsqu’il y a une ou plusieurs urgences ? Les cadres nous disent que l’on n’ est pas obligé de les laver tous... doit-on laisser une personne sale, pas rasée ? Lorsque cela arrive, ces mêmes cadres nous le reprochent. Si nous n’y arrivons pas disent-ils , c’est parce que nous prenons des pauses (pauses pipi, pauses repas).. De plus, nous sommes seules, isolées dans nos unités, il y a peu de contacts entre nous et çà aussi c’est une souffrance. Les infirmiers travaillent jusqu’à 22h au lieu de 21h, nous ne sommes pas payés en heures supplémentaires et nous ne récupérons pas ce temps dans le cadre des RTT ou autres.

Commentaires

Référencer un site gratuitement dépannage serrurier paris