Politique

Le traité européen de Velsen... l’eurogendfor...

Mais que s’est-il donc passé à Vicenza (Italie), le 17 septembre 2004 ? Quel est l’événement qui a réuni plusieurs pays européens le 18 octobre 2007 à Velsen aux Pays Bas ?

Voilà deux questions intéressantes, nombreux sont ceux qui sont incapables d’y répondre spontanément. Pourtant ces deux réunions ont eu des conséquences graves pour les libertés individuelles et collectives des états. Elles ont consacré un abandon de souveraineté intolérable, dans le domaine le plus sensible, les libertés et la sécurité des peuples.

Eh bien ce fut en 2004, la mise sur pied d’un projet de création de force de sécurité européenne d’essence exclusivement militaire, concrétisée par un traité signé entre les parties en 2007.

Qui en a entendu parler ? A cette époque, les seules informations parvenues à mes oreilles étaient très vagues.

L’existence de cette force exclusivement militaire est devenue plus claire en France depuis le mouvement des gilets jaunes. Les manifestants ont été nombreux à dénoncer des policiers qui ne parlaient pas Français, et revêtus d’uniformes différents. Une photographie devenue virale a circulé sur le web avérant ce fait. Cette photographie a été contestée par le service de communication de la gendarmerie nationale dans le journal "20 minute" du 11/01/2019. (photo classée fake).

Essayons de découvrir ce que l’on nous veut nous cacher.

Mise en place par le traité de Velsen, aux Pays bas en octobre 2007, cette organisation regroupe aujourd’hui sept pays européens. Elle est composée d’un état major de 16 Officiers et de 14 Sous Officiers, chargé de relayer les directives et instructions du CIMIN (Comité interministériel de haut niveau qui réunit les ministres des armées et des affaires étrangères des états membres).

Le CIMIN détermine la stratégie politique, ses décisions sont prises à l’unanimité des membres. La présidence est tournante selon une fréquence annuelle. La France la préside actuellement, le Portugal lui succédera en 2021. Le CIMIN est également assisté d’un comité d’expert dans tous ses domaines de compétences.

Uns structure intermédiaire appelée Cimin working group assure le lien entre le Cimin présidency et le PHO quartier général.

Le quartier général est chargé de la mise en oeuvre de l’opérationnel et de la logistique en général, ainsi que de la gestion des ressources humaines.

Cette organisation est forte de 800 soldats, mobilisables en un mois, et d’une réserve de 1500 hommes supplémentaires en cas de besoin. Le chef actuel est le Colonel Giuseppe ZIRONE, de l’arme des carabiniers. Cet officier est diplômé de droit et de sécurité internationale, il a intégré l’eurogendfor en 2005. Avant d’en prendre la tête il a essentiellement assuré des missions d’officier analyste par deux fois en théâtre extérieur, notamment à Hébron. (ville Palestinienne de Cisjordanie).

Les pays membres sont :

La France avec sa gendarmerie nationale

Le portugal avec la Guardia nacional republican

Les Pays bas avec la Koninklijke marechaussee

L’Italie avec la Arma dei Carabinier

L’Espagne avec la Guardia Civil

La Roumanie avec la Jandarmeria Româna

La mise en oeuvre de cette force se réalise à la demande des états, de l’Onu, de l’Otan, de l’Osce et d’autres organisations internationales diverses.

L’Eurogendfor, vocation et missions.

Missions de maintien et ou de rétablissement de l’ordre, renseignements pointus notamment en matière de terrorisme, Missions de police judiciaires (recherche et interpellation des auteurs et mise à disposition des justices compétentes et toute autre mission de police judiciaire), soutien logistique et appui aux nations en difficulté qui en formulent la demande.

Cette organisation est également concernée par la coopération d’une manière générale et humanitaire en particulier. A ce titre elle fut engagée dans de nombreux pays à travers le monde tels l’Afghanistan, le sahel, et bien d’autres. En 2019, sept actions étaient engagées et six étaient en prévision de l’être.

Vous êtes sûrement en train de vous poser la question à la lecture de cette présentation, "et alors ! où est ce que ça gratte tout ça ?".

Nous y arrivons.

Le traité de Velsen qui détermine la doctrine d’emploi, les prérogatives et les missions de cette organisation, est délirant.

Art 21 Inviolabilité des locaux, des bâtiments et des archives de l’eurogendfor

Autrement dit, il est impossible d’établir le moindre traçage d’informations et d’avoir des éléments d’observation relativement aux actions de cette armée.

Art 22 Protection absolue des capitaux de l’eurogendfor vis à vis des états et des pouvoirs judiciaires.

Art 23 Interdiction d’interceptions téléphoniques (écoutes) ou autres moyens de communication des officiers de l’eurogendfor.

Art 28 Cet article dispose que les agents de l’eurogendfor n’auront aucune responsabilité relative aux dommages qu’ils pourraient causer sur leur théâtre d’intervention, et qu’ils ne peuvent en aucun cas être assujettis à l’indemnisation des victimes.

Art 29 Cet article enfonce le clou ! Aucun agent de l’eurogendfor agissant pour elle, ne pourra être poursuivi devant les tribunaux des pays hôtes. C’est la consécration de l’impunité totale.

Il faut ajouter à cela que l’eurogendfor n’est soumise à aucune réglementation ou loi du pays dans lequel elle opére.

Avouez tout de même qu’il y a de quoi avoir les cheveux dressés sur la tête. J’imagine que les lecteurs comprendront mieux les raisons pour lesquelles la création de cette chose s’est faite en toute discrétion, dans un silence assourdissant des médias dominants évidemment.

J’en profite pour m’interroger au sujet de la promptitude du service de communication de la gendarmerie nationale à dénoncer la fake photo d’un CRS. J’en arrive à m’interroger sur les véritables raisons de la stérilité contagieuse des enquêtes de l’IGPN suite aux mutilations et exactions commises pendant les manifestations des gilets jaunes. Je n’affirme rien, je ne suppose rien, mais cela me laisse perplexe.

A l’examen du traité nous pouvons en outre découvrir que dans le cadre des missions de soutien logistique ou de renfort des nations en demande, l’eurogendfor est autorisée à aller très loin. Jusqu’où me direz vous eh bien rien de moins que jusqu’à la substitution des forces en place et à la mise en oeuvre d’un nouveau recrutement.

Les mots me manquent pour exprimer tout le bien que je pense de l’union européenne.

sources : "20 minutes" du 11/01/2019/ mediapart article du 9/01/2019 et "les observateurs.ch"

Commentaires

Référencer un site gratuitement dépannage serrurier paris