Social

Conférence gesticulée sur le RSA

Leïla, une ancienne employée de la Caisse d’Allocations Familiales, est venue faire une conférence gesticulée le 8 avril 2019 à la Bourse du Travail de Bordeaux , intitulée : « Je vais tout caf’ter ; le RSA, un droit qui fonctionne à l’envers. » Cette conférence était organisée par l’UL CGT de Bordeaux-Centre et l’Université Populaire de Bordeaux.

Lorsqu’on téléphone à la CAF, pour un renseignement ou une prestation, on tombe toujours sur un répondeur : la CAF délivre 28 prestations. Les plus connues sont les allocations familiales , l’allocation logement (APL), l’allocation handicapée adulte. Les prestations sont destinées à des structures.

A cause de soucis familiaux, le père de Leïla est parti au Maroc pour monter son entreprise. Leïla s’est fait baptiser. Au Maroc, les minima sociaux n’existent pas. Leïla est partie au Chili faire des études d’information et de communication. Cela lui a donné envie de faire des études de sciences politiques. Elle a passé l’entretien de Sciences po : elle a fait un exposé sur la démocratie participative et elle est rentrée à Sciences Po. Elle a obtenu un Master 2 de sciences politiques sur la protection sociale.

Les dépenses annuelles de sécurité sociale sont de 475 milliards d’euros, alors que le budget de l’État n’est que de 375 milliards d’euros.

Le RSA est le référentiel des politiques publiques. Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) est à l’origine du RSA. Les bénéficiaires du RMI étaient les chômeurs en fin de droit, précarité des gens qui travaillent. Les candidats au RMI devaient déclarer les revenus du foyer, constituer un dossier. Il y avait un accompagnement social et professionnel, et une incitation financière à la reprise d’emploi. Les pauvres sont considérés par les pouvoirs publics comme des fainéants : on culpabilise la pauvreté.
Le RSA (Revenu Solidarité Actif) a été créé en 2008.Il a remplacé le RMI qui avait été créé en 1988 : à l’époque, il y avait des problèmes d’emplois. L’État est responsable du manque d’emplois d’où l’activation de la protection sociale. Martin Hirsch a été l’instrument de l’action publique. L’incitation financière a été efficace. Le RSA a été généralisé. En 2018, 5 621 000 chômeurs sont en recherche d’emplois, alors que 151 000 emplois sont disponibles.

En sortant de Sciences Po, Leïla a été reçue à la CAF, a fait un stage sur le RSA mal payé. Elle s’est demandé pourquoi les gens ne demandent pas le RSA .En 2010, on a les retombées de la crise économique qui rappelle la crise économique de 1929 qui avait engendré une crise sociale et une crise politique. A cause du prétendu trou de la sécurité sociale, inventé dès 1947 l’État a créé la contribution sociale généralisée (CSG) en 1991, qui est un prélèvement obligatoire qui participe au financement de la sécurité sociale.

La gestion de la CAF

Les objectifs sont inatteignables. Il y a un pré-accueil, mais pas d’agent d’accueil : les allocataires sont dirigés vers un ordinateur. Le plus souvent, 500 personnes attendent dehors : celles qui peuvent rentrer sont dirigées vers un ordinateur. A cause du manque d’accueil et de l’attente trop longue de prestations indispensables, il y a eu des suicides devant la CAF. Il y a des violences des deux côtés du guichet. En 1976, a été instituée l’allocation parent isolé qui soulage les femmes seules avec enfant.
En conclusion, la Caisse d’Allocations Familiales a un fonctionnement déshumanisé qui décourage les allocataires de réclamer leurs droits.

Commentaires

Référencer un site gratuitement dépannage serrurier paris